samedi 22 septembre 2012

Récit du 6 août : J+29

J+29 : Etang de Soulcem (1580m) - Orris de Carla - Port du Rat (2540m) - El Serrat (1600m) - Refugi de Sorteny (1970m)
D+1250 m
D-930 m
Soulcem est en dessous
Le ciel est purgé
Après cette nuit très orageuse accompagnée de lourdes averses, nous faisons les sacs dans la grande tente séjour de Charly. Guillaume se lève pour nous conduire au départ. Vu le temps toujours chargé nous n'irons pas par l'étang Fourcat mais par l'étang de Soulcem et le port du rat, plus direct et sans difficultés. Nous démarrons vers 8h et Guillaume fait un brin de marche avec nous, plus de 200 mètres quand même, jusqu'à un petit verrou. Nous prenons quelques photos au retardateur et ce sont les embrassades d'adieux. On a gros sur le cœur de se quitter,  et cette fois, ce bourdon nous accompagnera toute la journée. 

Brume chargée d'eau
Port du rat
Pendant la montée au col, le plus souvent dans la brume, nous tombons sur des amoncellements de gros grêlons en coulées impressionnantes. C'est sans doute pour ça que les brebis dispersées rencontrées ont l'air hagard d'une nuit difficile. Les sentiers ruissellent encore par endroit. A 11h nous sommes au col du Rat marquant la frontière avec l'Andorre, derrière au loin et de partout la montagne fume et une mer de nuages semble vouloir se former côté français, côté Andorran la vallée est au clair. Il fait aussi frais en Andorre, nous trouvons d'ailleurs les mêmes amoncellements de grêlons. Le reste de l'étape est moins palpitant : il faut redescendre par la station Andorrane d'Arcalis où l'activité VTT bat son plein, emprunter une ancienne route jusqu'à un pont où nous mangeons. Nous longeons ensuite en contre-bas de la route principale avant de prendre celle conduisant à l'entrée principale de la réserve naturelle de Sorteny.

Un breton était visiblement déjà
passé par là...
Le refuge de Sorteny est
impressionnant d'extérieur.
 Nous atteignons enfin le refuge des Bordas de Sorteny, une vaste grange rénovée, vers 15h30. L'intérieur est surprenant : une seule pièce immense (200m²?), des toilettes chimiques à l'odeur répulsive, des tables des bancs et des dizaines de lits métalliques superposés robustes que nous retrouverons dans tous les refuges de la principauté. Avant 19h débarquent deux randonneurs des pays de l'est au vu de leur accent, des randonneurs au long cours comme nous d'après leur matériel étudié. Pas difficile pour eux de trouver une place : le refuge pourrait accueillir 10 ou 15 fois plus de personnes rien que sur les lits, ce refuge est décidément vraiment beaucoup trop grand et peu agréable, mais au moins nous n'avons pas à sortir la tente ce soir.    

La veille <<<......................... >>>Le lendemain

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires, remarques et p'tits coucous !