mardi 2 octobre 2012

Récit du 10 Août : J+33

J+33 : Orri de Baix (2040m) - Col d'Eyne - Pic Noufonts (2861m) - Col de Tirapitz - Refugi Ull de Ter (2220m)
D+1300
D-1120
Pic de Noufonts
Classique Catalane : le parcours de
crête !
Nous craignions beaucoup au départ de cette étape de nous retrouver sans force après les efforts de la veille. Heureusement il n'en fut rien. Nous ne sommes en effet partis qu'à 8 h, et avons pris notre temps pour rejoindre le col d'Eyne. La suite fut tellement magnifique et jubilatoire avec ce parcours d'altitude qui nous donnait l'impression de marcher sur la montagne ! Il n'y avait pas de meilleur endroit où se trouver par cette canicule que ces crêtes frontières entre 2600 et 2800m d'altitude. De temps à autres des isards par douzaines rétablissaient leur distance de sécurité avec nous, tandis qu'aux pieds nous foulions une mer sautillante de criquets.
Des millions de Miramelles pyrénéennes ( Cophopodisma pyrenaea) : une espèce endémique  comme son nom taxonomique l'indique.

Miramelle pyrénéenne
Une Antaxie pyrénéenne attablée
Parenthèse écologique : une sauterelle au régime carnivore, l'Antaxie des Pyrénées, également endémique,  ( Antaxius hispanicus Bolivàr ) a     su tirer parti de cette manne sautillante et du passage des randonneurs  nombreux sur cette classique catalane : on en trouvait régulièrement grignotant une Miramelle écrasée par des semelles meurtrières. 
En ce qui nous concerne, c'est casse-croûte vers le pic de la fosse du Géant, le temps d'apprécier le changement radical de topographie : de gros massifs peu encaissés brûlés de soleil où pousse une herbe rase et desséchée , plus un seul névé, peu de ruisseaux ni de lac : la Méditerranée se fait sentir.

Ull de Ter
Du col de Tirapitz, on
aperçoit le col de la Marrana
Nous atteignons à 15h le refuge Ull de Ter en Catalogne espagnole, et à 2 pas dans la forêt clairsemée de pins surchauffés, un bivouac à moitié à l'ombre. Parfait pour une sieste ! Le soir, en  mettant les pieds sous une table de 4 , nous espérons avoir affaire à  des français, histoire de parler un peu. Déception à la lecture du papier de placement du gardien  : à côté du notre il y a "Nils"... Mince...c'est quelle nationalité ça encore ?  

Et voilà comment nous faisons la connaissance de Nils et Maibritt, 2 danois finissant leur HRP comme nous... Super sympas et très expérimentés, ces baroudeurs avaient déjà à leur actif une Senda (traversée des Pyrénées via le GR11 espagnol) et plein d'autres trips dans le genre dans toute l'Europe. Avec 2 pichets de ce vin catalan corsé délicieux la discussion en anglais est beaucoup plus fluide entre nous ! Nous ne voyons plus le temps passer à nous raconter mutuellement nos aventures, à détailler nos choix de matériel, nos itinéraires ; je ne sais même plus ce qu'il y avait au menu ce soir là, juste qu'il y avait du rab à foison. Quand je leur raconte le coup du gamin qui se bouchait le nez à côté de nous sur une terrasse de Super-Bolquère c'est l'explosion de rire et les voisins espagnols ou français des tables voisines ont dû se demander si nous n'étions pas, finalement, de vieilles connaissances... En rejoignant notre tente, je réalisai que ce gardien de refuge connaissait décidément bien sa clientèle, son métier et ses montagnes : il avait bien capté qu'il ne pourrait pas faire plus plaisir aux 4 seuls HRPistes démasqués que de les mettre à la même table !
Chevrée assoiffée  surprise auprès
d'une  précieuse source
Sieste à proximité du refuge







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires, remarques et p'tits coucous !